Une Française à New York

Des chroniques sans complaisance sur NYC, pour rompre avec le stéréotype NYC c'est génial. Parce que ce n'est pas si génial que ça, en vrai.

28 novembre 2007

les élection américaines

arton617_eb4e4L'année 2008 va être chargée aux Etats-Unis puisque vont se dérouler les élections présidentielles qui mettront fin au mandat de G. W. Bush. Mais qui lui succèdera ? D'après les journaux, jamais les pronostics n'ont été aussi incertains à un an de l'issue de l'élection.

Mais avant de parler des candidats, décryptons un peu le système électoral américain. Vous le savez, les américains n'élisent pas leur président au suffrage universel direct comme nous, mais par le biais de grands électeurs, un système qui a montré ses limites lors des dernières élections : je vous rappelle que G. W. Bush n'a pas été élu en 2000 par le peuple mais par trois juges... ce qui fout un coup dans l'aile de la démocratie ! En 2004, les choses étaient moins brouillées mais des problèmes de comptage (notamment en Ohio) semaient encore le trouble. Entre les cartes illisibles ou prêtant à confusion et les votes des expatriés envoyés par courrier et qui arrivent trois semaines après la proclamation des résultats, il y avait des choses à revoir. On aurait donc pu s'attendre à ce que le système soit remis en cause et modernisé, mais il est visiblement trop difficile à réformer... et la prochaine élection se déroulera, sauf erreur de ma part,   comme les précédentes. Espérons donc que le 15 décembre 2008, on n'aura pas droit à quatre annonces successives et contradictoires.
Je citais plus haut les bulletins envoyés de l'étranger, savez-vous à ce propos que les Américains ne connaissent pas le vote par procuration ? Tous mes interlocuteurs étaient étonnés au printemps dernier lorsque je leur expliquais avoir voté de la sorte.
Et puis précisons que les Américains ne votent pas seulement pour un président mais pour une liste incluant notamment un vice-président, contrairement à nous qui avons toujours la surprise du choix des membres du gouvernement, une fois le président élu.

Les élections américaines commencent avec un premier tour que l'on appelle les primaires, qui consiste en un vote du peuple pour désigner le candidat de chaque parti. Ce vote se fait état par état et donne lieu à toute une stratégie de campagne : en effet, bien qu'aujourd'hui les média apportent beaucoup en terme de communication, il est important de se rendre aux caucus (les assemblées des électeurs) pour se rendre populaire, et il est clair que chaque candidat doit faire des choix, ne pouvant aller faire campagne dans chacun des 50 états.
Selon les états, les primaires sont fermées ou non : lors de primaires fermées, il faut être inscrit au parti pour voter pour le candidat de ce parti, mais si les primaires sont ouvertes chacun peut voter pour le candidat de chaque parti ! Exactement comme si, bien que de tendance socialiste, vous votiez pour désigner le candidat de l'UMP.
Notons au passage que toutes les élections ont lieu des mardis. On désigne par SuperTuesday (supermardi) le jour où le plus de primaires se déroulent en même temps.
Une fois les primaires passées, il ne reste qu'un candidat par parti, et il est temps pour lui de désigner ses colistiers, particulièrement le vice-président qui doit apporter des votes au président, notamment auprès des nombreux américains qui déclarent n'être ni républicains ni démocratent et votent plus pour une personnalité que pour un parti.
En milieu de campagne, soit en juillet, ont lieu les grandes conventions de partis dont vous avez forcément vu des images à la télévision, ne serait-ce que les fameux lâchers de ballons tricolores. Au cours de sa convention le candidat est officiellement désigné par son parti, annonce son programme officiel, casse beaucoup de sucre sur le dos de son adversaire (vous savez qu'aux USA la publicité comparative est autorisée... cela ne concerne pas seulement les barils de lessive !), se fait soutenir par des personnalités médiatiques, le tout lors d'un grand show à l'américaine (le show de Sarkozy animé par Enrico Macias à Bercy, à côté, c'est de l'amateurisme).
Puis avec l'automne vient le temps des débats. Il est à noter que tout au long de ces campagnes, on n'a évidemment pas que deux partis candidats (républicain et démocrate), et pourtant seuls ces deux-là sont médiatisés, au point que les débats publics les plus importants ne sont organisés qu'entre eux deux ! Plusieurs débats ont lieu entre les candidats à la présidence, organisés selon les thématiques de campagne (un débat pour le social, un débat pour la politique étrangère, notamment les questions liées à la guerre...), ainsi qu'un débat entre les candidats à la vice-présidence.
Après les débats, les journaux annoncent leur soutien... ok, en France on sait bien que tel journal est plutôt de droite ou franchement de gauche, mais une certaine objectivité reste de mise. Aux USA, chaque grand journal annonce officiellement son soutien à l'un ou à l'autre des candidats ! Et comme là-bas la personnalité compte souvent plus que le parti, rien ne dit que tel journal soutiendra forcément tel candidat parce qu'il est de tel parti, cela se joue réellement sur la campagne et les retombées des débats.
Enfin, en novembre, chaque citoyen se rend aux urnes pour voter au suffrage indirect. Chaque état se voit allouer un certain nombre de grands électeurs selon sa population. Dans chaque état, le candidat qui arrive en tête raffle tous les grands électeurs : ainsi si le candidat alpha gagne un état avec disons 43% des voix (je vous rappelle qu'il n'y a pas seulement deux candidats, on peut donc très bien arriver en tête sans avoir la majorité pour autant), et que cet état a 17 grands électeurs, ces 17 grands électeurs voteront tous obligatoirement pour le candidat alpha. Ce système est censé permettre à chaque état d'être réellement représenté, de façon à ce que même un petit état ait son mot à dire dans l'élection. Mais la dérive, et c'est ce qui est arrivé en 2000, c'est que le résultat final de l'élection ne corresponde pas à la tendance populaire. Ainsi G. W. Bush avait certes la majorité des voix des grands électeurs, mais c'est Al Gore qui avait la majorité du vote populaire ! Si cette dramatique situation ne s'est pas reproduite en 2004 (de peu), rien ne dit que cela n'arrivera pas à nouveau.

Voilà, j'espère avoir été assez claire dans mes explications, et ne pas avoir commis d'erreur, mais le système électoral américain est si compliqué que certains Américains eux-mêmes ont du mal à en comprendre toutes les subtilités... Bientôt je vous parlerai plus en détail des candidats de 2008.

Posté par sophiepw à 04:12 AM - un peu de politique - Commentaires [12] - Permalien [#]

Commentaires

    C'est sympa de te relire ! chouette !
    Biz

    Posté par Caro, 28 novembre 2007 à 04:54 AM
  • coucou
    ça siginifie que tu as à nouveau le net ??

    Posté par Margareth, 28 novembre 2007 à 06:00 AM
  • T'es revenue à NY???? mdr! Merci pour ton ptit mot et j'espère qu'on entendra très vite parler de toi à nouveau! Bises.

    Posté par Manue, 28 novembre 2007 à 08:41 AM
  • chouette chouette chouette
    enfin un new post!!!
    merci
    au fait j'ai une ami qui va a newyork dansqq semaines et elle aimeri bien avoir des conseils ...tu pourrai m'aider ? et pis d'autres adresses de copines bloggeuses de NYC ??
    (via mon mail si tu peux ?)
    merci beaucoup !!!

    Posté par abigoudi, 28 novembre 2007 à 08:50 AM
  • De retour avec de nouvelles chroniques ! Super !

    Posté par claudine, 29 novembre 2007 à 11:45 AM
  • J'y connais rien (alors merci pour cet article !) mais j'en rajoute une couche : il n'y a pas "beaucoup" de gens qui votent, en plus, car qui dit inscription sur les listes electorales dit "inscription" sur les listes pour devenir "jury" dans un tribunal ("jury duty") et ca, PERSONNE n'aime, alors...
    Bisous !

    Posté par Stephanie, 29 novembre 2007 à 03:31 PM
  • Et les chaines de télé? Soutiennent-elles aussi ouvertement les candidats? Fox est devenue célèbre en France lors de ses prises de position pro-bush lors de la guerre du golfe, mais les autres? Et elles peuvent aussi changer de parti?

    Posté par Marie à Tokyo, 02 décembre 2007 à 09:38 AM
  • "ok, en France on sait bien que tel journal est plutôt de droite ou franchement de gauche, mais une certaine objectivité reste de mise"

    Ça, je n'y mettrais pas ma main à couper car les médias belges trouvent au contraire que les médias français sont extrêmement partiaux. La notion d'objectivité varie en fonction des pays on dirait, quel casse-tête!
    Dans tous les cas, contente de te relire, merci de cet article! Moi je cherche encore à comprendre le système belge...

    Posté par Youplala, 02 décembre 2007 à 05:39 PM
  • Alors là merci merci merci car c'est super compliqué à comprendre pour les français. Il faudrait même des dessins tellement c'est différent de notre système. Welcome back to the blog world!

    Posté par Anne, 03 décembre 2007 à 11:11 AM
  • salut je viens de decouvrir ton blog depuis...aujourd hui et je le trouve tres interesent car je vais partir pour un an la bas et je connais rien de cette ville enfin rien de la vie reelle et donc c cool de trouver t en d info j aimerai rentrer en contact avec toi pour en savoir plus sur les quartiers et surtout pour trouver un logement convenable a prix convenable
    merci

    Posté par saint-genes, 06 décembre 2007 à 11:10 AM
  • Ravie de te retrouver parmi nous avec d'excellents billets comme d'habitude$Un peu complex, en effet ,ces elections US!
    si je comprend bien lors des primaires ouvertes, l'electeur démocrate pourrait voter pr le candidat républicain le plus nul, qui pourrait faire gagner le démocrate? est ce impossible d'avoir ce genre de stratégie?
    Enfin je n'ai pas bien compris le vote des citoyens pr le président- vote qui en fait elit des grands electeurs qui seront le reflet à la proportionnelle de ce que le peuple aura voté ou qui seront démocrates car le vote majoritaire sera democrate (par ex)? si c'est le cas comment Bush a pu avoir la majorité des grands electerurs aalors que le vote populaire etait démocrate donc pr Al Gore
    Ma chère Sophie, quand tu as un moment à perdre explique moi ça
    Grand Merci
    et amitiés pour cette fin d'année

    Posté par Francesca, 27 décembre 2007 à 06:57 PM
  • Merci! J'habite en Arizona, ecoute NPR en boucle dans la voiture, mais il y a quelques zones sombres des elections que tu viens d'elucider pour moi.
    tcho
    AL

    Posté par alibabette, 27 janvier 2008 à 09:38 AM

Poster un commentaire